Qu'est ce qu'un événement responsable ?

Zoom sur les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES)

Il existe plusieurs sortes de gaz à effet de serre, dont le plus important d’entre eux, en volume, est le dioxyde de carbone (CO2). Il constitue le principal GES produit par l'activité humaine et est celui qui croît le plus vite aujourd'hui. Afin de quantifier les émissions de gaz à effet de serre, les émissions sont converties en unité de gaz émis, que nous appelons l'« Equivalent CO2 ».

D’où viennent les émissions de gaz à effet de serre ?

Il existe deux sources d’émissions :

  • La première source de rejet est naturelle : elle est due à la respiration de la faune et de la flore, mais provient également des feux de forêt ou des éruptions volcaniques.
  • La deuxième source de rejet est anthropique (qui provient de l’homme) : l’augmentation de la démographie mondiale et le développement de l’activité économique conduisent à consommer de plus en plus de ressources (notamment des énergies fossiles) pour produire, rejetant davantage de gaz à effet de serre.
 

Les rejets naturels ne sont pas problématiques car ils font partie de l’équilibre naturel. Ce sont les rejets « additionnels », ceux provoqués par l’activité humaine, qui perturbent les grands équilibres climatiques.

Comment lutter contre les émissions de gaz à effet de serre ?

Il existe deux façons de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre :

  • Réduire le niveau des émissions, en diminuant la consommation des ressources, en utilisant moins les transports pour se déplacer, en améliorant l’isolation des logements pour consommer moins de chauffage, etc. Au niveau macro-économique, il faudrait dès aujourd’hui effectuer un changement de trajectoire et revoir nos modèles de consommation et de croissance car ils ne sont pas viables sur le long terme.
  • Compenser les émissions émises : cela consiste à prendre des mesures pour « réparer » ou « s’adapter » aux dommages causés. Cela se traduit par l’achat de crédits carbone pour participer au financement d’un projet de réduction des émissions de gaz à effet de serre (projets d’énergie renouvelable, financement de fours solaires, etc.) ou de séquestration du carbone (plantation d'arbres).
 
Aujourd’hui, la compensation est une stratégie souvent décriée. Elle est perçue comme un processus incitant à ne rien changer de nos comportements, tout en se donnant bonne conscience en finançant des programmes de compensation. C'est pourquoi, pour aller au bout de la démarche, la combinaison des deux approches est plus pertinente.
 

Cela veut-il dire que la compensation est inutile ?

La compensation reste une stratégie utile ! Certaines dégradations sont irréversibles ou ne peuvent plus être évitées. Il est d'ailleurs fort peu probable que l'on puisse revenir à l’état antérieur, quels que soient les moyens mis en œuvre pour réduire les émissions de GES. La compensation présente ainsi l’avantage d’atténuer les effets des émissions de gaz à effet de serre, et constitue une démarche complémentaire à la réduction de son empreinte carbone.

Qu’est qu’un bilan carbone® ?

Pour compenser, il faut commencer par comptabiliser les émissions de dioxyde de carbone rejetées dans l’atmosphère. Pour cela, on utilise le bilan carbone® de l’Ademe pour quantifier les émissions de CO2, et convertir le total en coût. Ce dernier est alors attribuer à un projet de compensation de son choix : reforestation, amélioration de l’efficacité énergétique, financement de projets solidaires, etc.

Concrètement, comment intégrer la problématique carbone à l'organisation d'un événement ?

 

Le Bilan Carbone®

Faire le bilan carbone® de son événement permet de définir la quantité de gaz à effet de serre (GES) émise à travers les différentes prestations affiliées (restauration, transport, lieu, déchets…). L'objectif est d'analyser les résultats afin d'établir les actions concrètes afin d'améliorer le bilan de la prochaine manifestation.
 

Pour l’organisateur, ce travail requiert une évaluation des prestations événementielles :

  • Identification des postes générateurs d’émission de CO2
  • Sensibilisation des différentes parties prenantes au projet afin de les impliquer et de mutualiser les retombées
  • Recherche d'alternatives : optimisation des déplacements, sélection des prestations en fonction de leur impact, isolation des bâtiments…
  • Mise en place d'identificateurs et d'actions concrètes
  • Identification des déchets potentiels afin de les limiter
  • Mesure de la quantité de gaz à effet de serre
  • Intégration d'un montant prévisionnel de compensation dans le budget (voir ci-dessous "Compensation carbone").

 

La compensation carbone

Après avoir géré son bilan carbone® à la source, la compensation d’émissions de GES complète la démarche.

 
 
 
Faire appel à un cabinet de conseil spécialisé permettra :
 
  • La compréhension des différentes notions : neutralité carbone, solidarité climatique, programme de développement des pays du sud, défiscalisation des dons…
  • La sélection d'un projet solidaire en cohérence avec l'événement ou vos valeurs
  • Une réflexion approfondie quant aux actions concrètes à mettre en place pour réduire son bilan carbone®.