Cannes et Nantes, deux exemples de centres de congrès très engagés

Par la rédaction 0 commentaires - 04/11/11
La Cité des Congrès de Nantes est située dans un contexte très vert. En effet, Nantes, sixième ville de France engagée dans l'Agenda 21 et Capitale verte de l'Europe en 2013, dispose d'un parc hôtelier éco-labellisé pour 25 %. Le centre de congrès œuvre activement à la mise en place de la RSE (Responsabilité sociale des entreprises).
 
« Dans le cadre de notre stratégie, nous nous sommes engagés sur une dynamique de transparence orientée sur les trois piliers que constituent les fondamentaux du développement durable : l’environnement, l’économie et le social », confie Corinne Denuet, directrice commerciale et marketing, comme cette initiative qui consiste à faire travailler le personnel de ménage… la journée, et non pas la nuit, pendant les manifestations elles-mêmes.
 
« L’excellence de nos démarches qualité et innovation est soulignée par nos adhésions et certifications : Pacte mondial des Nations Unies, Charte qualité et Développement durable, notation ISO 26 000 (Ndlr : économie / environnement / sociale) en cours, qui veut que nous instaurions un dialogue avec tout notre environnement, et d’ici la fin de l’année, obtention, en tant que premier centre de congrès en France, de l’AIPC Quality Standard. Notre dispositif d’éco-responsabilité inscrit La Cité sur un objectif de réduction de 10 % des émissions des gaz à effet de serre avec un plan d’action entamé depuis plus d’un an », se targue Corinne Denuet.
 
Mais surtout, le centre a investi sur le plan humain, puisqu’il a engagé l’un des rares éco-conseillers, en charge notamment des bilans carbone. Rappelons qu’à Nantes toujours, West-Events a été le premier centre d’affaires éco-labellisé, lui qui dispose d’une capacité de 600 personnes en conférence, 500 en amphithéâtre, 1 200 en cocktail, et d’un hôtel international 4* de 300 chambres, le Westotel.
 
Le Palais des Festivals de Cannes a été le premier d’Europe à recevoir une triple certification 9001 (qualité), 14001 (performance environnementale) et 18001 (santé et sécurité au travail)… grâce à sept groupes de travail, soit une soixantaine de personnes, qui ont planché sur le sujet pendant un an. Cette certification a ainsi eu un impact sur la qualité « nous portons un autre regard sur la qualité de services à apporter et la planification nécessaire pour éliminer les non-qualités, l’environnement, la santé et la sécurité au travail, mais aussi sur les salariés eux-mêmes. La 18001, notamment, a permis de fédérer plus encore les salariés autour de cette certification », souligne Youri Golovko.
 
Côté environnement, le personnel s’est senti très fier d’avoir un palais éco-citoyen, avec centre de collecte Recylum, recyclage des cartouches, des moquettes, de la signalétique, baisse de la consommation en énergie, en papier (- 34 %), en eau (- 14 %). Et les prestataires ? « Nous les sensibilisons à ces thématiques plus que nous leur imposons… d’où l’élaboration d’un guide des bonnes pratiques ».
 
Dans le même temps, le palais poursuit sa réhabilitation. Sa façade a été repeinte en blanc, allégée grâce a 1200 m² d’éléments vitrés, son foyer agrandi de 1000 m² supplémentaires. La prochaine étape, prévue pour 2012-2013, concernera l’auditorium. La DSP (Délégation de service public) a été reconduite à la fin de l’année dernière et pour 10 ans à la Semec par la ville, qui, forte  de  130 hôtels, dont 25 en 4 et 5*, continue d’accueillir de nouveaux projets, le Five (5*) cette année, le Ducasse en 2012, alors que 180 M € ont été consacrés aux investissements sur le parc hôtelier au cours des cinq dernières années.
 
Source : L’Evénementiel (Octobre 2011, n°203), article rédigé par Sabine Durand.
Lire aussi

La communauté 3.0