Séminaires et événements: Le développement durable dure toujours

Par la rédaction 0 commentaires - 27/07/12
séminaireCes dernières années on a beaucoup parlé du développement durable. Avec le temps, on a fini par se lasser de ce concept aux accents moralisateurs. Mais il n'est pas oublié. Il s'affirme au contraire comme une tendance "durable" et influence plus qu'on ne le croit le tourisme d'affaires, que ce soit dans les thèmes abordés, les activités proposées, l'hébergement ou la restauration. Quelles en sont les incidences et quelles idées nouvelles en sont nées ? Suivons la piste verte.
 
A force d'être mis à toutes les sauces, on pouvait craindre que le développement durable finisse par lasser le grand public comme le monde du travail. Ce n'est pas le cas. Mais il se fait plus discret, subtil, ludique, moins "normatif" notamment dans les séminaires et événements d'entreprise. " Les particpants ne veulent plus de discours un peu pesants sur le développement durable, mais ils sont sensibles au respect des autres et de la nature. Ils souhaitent être actifs et se faire plaisir ", note Laurent Gény, de Team Nature.
 
Depuis le révélateur qu'a été le Grenelle de l'Environnement en 2008, les questions durables et plus largement "RSE" (responsabilité sociale de l'entreprise) ont laissé leur empreinte sur l'événementiel, les séminaires, réunions et voyages d'affaires. Activités en pleine nature, ateliers-découverte, restauraton bio, événements éco-responsables et voyages solidaires leur doivent beaucoup.
 

Les groupes ont la main verte

Dans le tourisme d'affaires, la démarche éco-responsable s'est imposée lentement mais sûrement. Il faut dire que les nombreux labels, certifications, chartes et normes ont préparé le terrain. Les grandes chaînes et groupes hôteliers ont assez vite compris l'intérêt du développement durable comme outil de management, de fidélisation et de communication. Et l'ont appliqué à leurs process. Beaucoup d'entre eux ont nommé un responsable dédié et lancé des programmes adaptés : sensibilisation de leur personnel, éclairage basse conso, recyclage, meilleure gestion des ressources, entretien bio ... Chacun a sa manière : Accor a lancé 21 engagements assortis d'objectifs chiffrés pour 2012 (programme Planet 21), Rezidor Radisson propose à ses clients de compenser leurs émissions de CO? via son programme de fidélisation Club Carlson; Pierre & Vacances multiplie les " Clef Verte "; Best Western pousse son réseau vers l'Ecolabel Européen (voir Avis des pros); Temmos mise sur la compensation carbone.
 
Les écolabels sont un bon moyen d'afficher son orientation environnementale, de valoriser les efforts entrepris et de se donner des objectifs de progrès. L'Ecolabel Européen est souvent retenu par les enseignes hôtelières en France, car reconnu par les pouvoirs publics (via l'Afnor).
 

planet 21Accor lance son " Carbon Optimizer "

Le groupe hôtelier va proposer à sa clientèle professionnelle un outil pour réduire l'impact carbone des réunions et séminaires. Cet optimiseur s'ajustera en fonction du nombre de participants, de nuitées, la durée du séminaire, la surface des salles de réunion, le mix énergétique du pays et le type de restauration. Par rapport aux calculateurs existants, celui d'Accor intègrera aussi les émissions indirectes liées au traitement des déchets, à la papeterie et à la restauration, grosse source d'émissions de carbone. De quoi faire les bons choix responsables. Cet outil sera disponible via les équipes de vente Accor au 4ème trimestre 2012, puis en accès direct en 2013.
 
" Cela tend à devenir le seuil minimum pour rendre crédibles ses efforts environnementaux ", constate Hubert Vendevile, directeur d'Evea Tourisme. D'autres préfèrent la Clef Verte (bien représentée en France), le Nordic Swan, le Green Hospitality Award, voire, poussent jusqu'à la certification environnementale ISO 14001.
 
Les établissements indépendants avancent de leur côté. Ils sont nombreux à revendiquer leur engagement responsable, comme les Orangeries dans la Vienne, La Pérouse à Nantes, Valpré à Lyon, LeCoq Gadby à Rennes. Restaurant avec potager bio, blog d'information sur l'écolabel, sélection équitable du petit déjeuner, distributeur de savon qui évite les emballages, arrêt de la climatisation à l'ouverture des fenêtres sont autant de bonnes pratiques mises en avant.
 
Du côté des traiteurs, l'évolution des mentalités s'est faite aussi, entrainant un changement d'habitudes. A l'image d'Hebel Traiteur (Nantes) dont le tri sélectif des déchets a permis de diviser les quantités de cartons par six. Il privilégie l'éco-conception de ses produits - tel le pain-surprise entièrement revu-, les producteurs locaux et la mutualisation des transports. De nouvelles pratiques voient le jour comme l'emballage sanglé au lieu des palettes filmées et l'élimination de tous les supports plastiques. De leur côté Potel et Chabot et Saint Clair ont aussi revu leurs process pour coller à la demande tout en garantissant la qualité de leurs prestations. Toutbio (Eurosites) est sans doute le traiteur qui va le plus loin dans cette logique jusqu'à créer deux lignes de préparation séparées dans son atelier, la bio se distinguant par le matériel vert.
 

etiquette environnementale2 Bonnes pratiques

La Pérouse*** affiche sa note "verte"
Démarche originale pour cet hôtel design à Nantes : son site web affiche les impacts environnementaux d'une personne qui passe une nuit à l'hôtel et y prend son petit déjeuner. Sont calculés sa consommation d'eau (en L) et d'énergie (en KWhep), la quantité de déchets (en g), le changement climatique (en Kg de CO?) et le pourcentage de produits bio proposés. Résultat : une note de 4,2/5. Pas mal. Cette notation "verte" a le mérite d'être visuelle et concrète. Une vingtaine d'autres hôtels (dont le Best Western La Régate à Nantes aussi) l'ont adopté d'après Evea Tourisme qui en est l'instigateur, avec le soutien de l'ADEME. www.hotel-laperouse.fr

Le Grimaldi Forum fait son éco-bilan
Certifié ISO 14001 depuis 2008, le Grimaldi Forum à Monaco livre le bilan de  4 années de management environnemental. C'est instrutif :

  • Baisse de 9 % de la consommation électrique grâce à l'éclairage basse conso qui représente 71 % du parc de 20 000 ampoules
  • 24 % d'économies d'eau la dernière année (consommation de 9 600 m? en 2011)
  • Le bâtiment recycle 43% de ses déchets, alors qu'en 2008 aucun tri sélectif n'existait.
 

Le centre s'est fixé de nouveaux objectifs en 2012 comme réduire sa consommation de papier et augmenter ses achats verts. Son offre de "green events" est plus que jamais à l'ordre du jour. www.grimaldiforum.com/fr/centre-congres-eco-responsable

 

Applications concrètes

Parallèlement à cette démarche de la part des établissements, sont apparus les ateliers-découverte pour sensibiliser les salariés. Car, pour faire passer le message de l'éco-responsabilité lors de séminaires, rien de plus efficace que de pratiquer en s'amusant. Ce sont ainsi développés les ateliers de cuisine à base de produits bio ou équitable (Atelier des Sens ...), les stages d'oenologie autour de vins naturels, mais aussi la création de cosmétiques bio ou de chocolat. A contrario, les challenges qui font trop directement référence au développement durable - économies d'eau et d'énergie, réchauffement climatique, tri sélectif ... - sont passés de mode. " Ils ont joué leur rôle il y a quelques années, pour attirer l'attention sur ces questions, mais depuis les médias ont un peu "usé" la thématique, il faut être plus créatif et moins pédagogique " soulignent les spécialistes.
 
Les activités incentive et team building en plein air connaissent un vif intérêt au détriment des sports mécaniques purs et durs, vus comme polluants et bruyants. Les challenges en eaux vives, en bord de mer ou en fôret sont très appréciés. L'imagination des agences est ici sans limite : parcours " Vert Tige " en fôret (Oxygène Organisation), jeu de piste urbain (Evolution 2 Events), défis et radeau façon Kon Tiki (Boule d'Energie), construction de voiturettes écologiques (Eco-Motive chez Team Nature) ou de pont ou de chars monglos en carton (challenge "Gengis Khan" au Nomade Lodge).
 
Parallèlement sont apparus les ateliers-découverte et événements éco-solidaires pour sensibiliser les salariés. Plusieurs de ces agences reversent d'ailleurs une partie de leur chiffre d'affaires à des ONG et/ou à des programmes de compensation carbone. Cette "éco-attitude" clairement affichée sur leur site web est une forme d'engagement et un "plus" pour les clients et collaborateurs qui y sont sensibles.
 

Evénements éco-solidaires

Autre forme d'engagement dans le "durable", l'écovolontariat d'entreprise est apparu il y a 4 ou 5 ans en France. L'exemple typique est le nettoyage collectif de sites naturels (comme la journée "Ile Propre" aux Embiez, organisée par Paul Ricard le 1er juin dernier) ou le reboisement d'une parcelle détruite par une tempête (éco-challenge d'Oxygène Organisation, dans les Alpes). C'est un outil intéressant dans une démarche RSE ou lors d'événements à but solidaire au profit d'une Journée mondiale (de l'eau, de la terre ...).
 
En 2010, l'agence Namaska a ainsi initié un programme de reforestation en Tunisie où 550 arbres ont été plantés lors de la Convention des responsables de magasins à l'occasion des 50 ans d'Yves Rocher. Ce peut être aussi un voyage éco-solidaire - séjours naturalistes, visite d'une réserve de biodiversité, inventaire faunistique, participation à un programme de conservation des espèces - comme le proposent les voyagistes Saïga et Escursia.
 
Autre déclinaison possible : les planches. Le théâtre d'entreprise a fait ses preuves comme outil de communication interne, efficace pour accompagner le changement. Il est donc naturel que plusieurs compagnies aient créé des pièces autour du développement durable. Tel " A nous de jouer " à Lyon (www.theatre-d-entreprise.fr). "Quel que soit son niveau de connaissance ou d'implication sur le sujet, le spectateur est invité à réfléchir aux attitudes et représentations qui permettent ou entravent la mise en place de nouveaux comportements", explique l'agence.
 
Pendant une quarantaine de minutes avec 3 comédiens le spectacle aborde de manière ludique et humouristique ce qu'est le développement durable, ses enjeux, les stratégies et moyens d'action possible au sein de l'entreprise. Un bon moyen d'aborder un programme qui se révèle parfois un peu culpabilisant pour les salariés.
 

Les bonnes pistes vertes

séminaires

  • Hébergements

Vous trouverez de nombreses adresses éco-responsables dans le guide Réunir. Se distinguent néamoins par leurs efforts particuliers : l'hôtel Lecoq-Gadly, le Nomade Lodge, l'Hôtel Plaisir (Ré), le groupe Temmos, le groupe Sibuet, les Center Parcs Les Bois-Francs et les Hauts de Bruyères, le ZooParc de Beauval, le Chalet de la Porte Jaune, Les Mercure Les Bossons et Chamonix Centre, les Best Western L'Orée, La Régate, Nimôtel, Grand Prix et De la Paix.

  • Espaces congrès et événements

Outre la charte Qualité & Dév. durable de France-Congrès, les centres de congrès les plus en pointe dans ce domaine, certifications à l'appui sont : Cannes, Le Touquet, Nantes La Beaujoire, La Cité Nantes, CID Deauville, Grimaldi Forum Monaco, Lille Grand Palais, Chamonix- Mont Blanc. Côté complexes d'affaires, le West-Events Westotel (Nantes) et Les Fontaines (Chantilly) ont une longueur d'avance.

  • Traiteurs

L'association des Traiteurs de France affiche clairement la couleur verte à son menu (www.traiteurs-de-france.com) et engage ses 38 adhérents sur la bonne voie. Mention spéciale à Hébel et Toutbio (Eurosites) dont toute la démarche est tournée vers l'éco-responsabilité.

  • Activités

La majorité des spécialistes d'activités incentive nature savent répondre à des demandes de séminaires "verts". Cependant certains sont plus sensibilisés à la question comme Evolution2Events, Partner Events, Team Nature, Oxygène Organisation et Boule d'Energie.

  • Prestataires

Beaucoup d'agences-conseil et prestataires de l'événement intègrent la démarche durable dans leur offre et via une charte commune : www.eco-evenement.org (qui vient de lancer un outil d'autodiagnostic RSE en ligne).

 

Le Domaine des Fontaines

10 ans d'éco-responsabilité récompensés pour le Domaine des Fontaines !
 
Inauguré en 2003, le domaine Les Fontaines renouvelle son écolabel européen auprès de l'Afnor en surpassant les critères imposés par l'organisation de certification. Une avance de 10 ans sur les objectifs fixés par la directive européenne en matière d'énergie et de climat, les émission de CO? du site ayant diminué de plus de 20%. Le Domaine Les Fontaines est un lieu dédié aux événements professionnels situé à Chantilly au coeur d'un parc de 52 hectares, comprenant 300 chambres, un auditorium de 500 places, 45 salles de réunion, 400 couverts et un centre de fitness.
 

Les centres de congrès s'engagent

mont blanc versant durableDans le tourisme d'affaires, la démarche éco-responsable s'est imposée lentement mais sûrement.
 
Conscients des attentes en matière d'événement éco-responsables, les centres de congrès ont, pour certains très tôt (Lille Grand Palais, La Cité Nantes, Ouest Congrès), franchi le pas du management environnemental. Ils ont voulu montrer l'exemple en affichant leur bilan à l'image du Grimaldi Forum de Monaco (voir encadré), tout en proposant des services spécifiques comme la compensation carbone de l'événement, le "paperless meeting" (diminution du papier au profit du "online"), l'accès aux moyens de transports peu polluants, une sélection de créateurs de stands éco-conçus.
 
"Les commanditaires des grandes conventions, congrès et conférences montrent de plus en plus d'exigences en matière d'événements responsables", confirme Hubert Vendeville.
 
Les espaces de réunion indépendants, en centre urbain ou à proximité des villes, ne sont pas en reste. Tel le West-Events Westotel, à Nantes qui sera " Capitale verte de l'Europe" en 2013. Ce complexe d'affaires certifié Ecolabel Européen s'est engagé à limiter son impact environnemental par des actes concrets : économies d'eau, 50% d'électricité issue d'énergies renouvelables, gestion durable des espaces verts, filières de recyclage des déchets via des associations, achats responsables, sensibilisation aux éco-gestes pour le personnel et dépliant spécial pour les clients, propositon de menus et pauses "développement durrable".
 
Le Chalet de la Porte Jaune, situé au bois de Vincennes près de Paris, partage cette même logique d'associer tourisme d'affaires et éco-responsabilité. Tout comme le campus Les Fontaines à Chantilly qui a mené de gros investissements dans ce sens : géothermie, consommation électrique divisée par deux, mobilier en bois durable dans les chambres, peinture éco-labellisée et revêtement de sol adapté (Bolon Green Vinyl).
 

L'avis des pros

Laurent Gény, associé fondateur de Team Nature
"Respecter les individus comme le milieu naturel"
 
" Le développement durable pour nous, c'est répondre à l'objectif recherché par le séminaire en utilisant toute la palette disponible : arrière-pays, mer, montagne et activités artistiques. Dans chacune des activités choisies, le principe est de respecter les individus comme le milieu naturel où elle se déroule. En tant qu'agence, nous avons choisi de nous engager de manière concrète : nous privilégions les matériaux naturels comme le bois et la corde et nous pratiquons la compensation carbone de toutes nos activités mécaniques (bus, zodiac ...). Cela fait au final un assez gros chèque chaque année mais je le signe avec plaisir! "
 
Xavier Auriolle, chargé du Développement Durable chez Best Western
"Notre objectif : un tiers d'hôtels écolabelisés en 2014"
 
" On est passé du "grand message" du développement durable, ses 3 piliers, etc. à une phase plus concrète où l'on privilégie les expériences et les avancées. Dans notre réseau, nous avons 28 hôtels écolabelisés et pas mal dautres en cours de certification. Notre plan stratégique prévoit de passer à un tiers de notre réseau en 2014, soit plus d'une centaine d'étalissements. Nous accompagnons les candidats dans leur démarche, en les aidant à remplir les formalités, à lancer un plan d'action et via notre centrale d'achat. "
 

Une offre de séminaires verts

Ces dernières années une offre de "séminaires verts" s'est développée au sein des établissements hôteliers, sans pour autant se généraliser. Cela prend la forme d'un forfait où sont proposés des pauses café et thé équitables, une restauration à base de produits de producteurs locaux et de saison, des activités responsables, des soins corporels naturels. Le séminaire purement "bio" n'est pas encore répandu, freiné par son surcoût (de l'ordre de 15 à 20%) et quelques difficultés d'approvisionnement. Mais la demande progresse. Du coup, en 2012, de plus en plus d'hôtels mettent à leur carte un menu bio ou à défaut un petit déjeuner bio. Idem pour les lignes cosmétiques dans les spas.
 
De même, la tendance pour des hébergements insolites et respectueux de la nature se maintient. Huttes et chalets en bois (chez Huttopia), yourtes (Nomades Lodge), cabanes dans les arbres (Domaine de Dienné) et résidences éco-responsables (Pierre & Vacances-Center Parcs) offrent une alternative intéressante à la belle saison pour des réunions de direction ou les petits séminaires.
 
" Parce qu'il impose de trouver des solutions nouvelles pour répondre aux nouveaux enjeux y compris sociétaux, le développement durable est source d'innovation " rappelle Hubert Vendeville, d'Evea Tourisme. On pense à Accor qui met en vente progressivement cette année 2 500 meubles d'occasion de ses hôtels sur eBay.fr. Ou à certains Best Western qui reversent à leurs salariés l'équivalent des économies d'eau réalisées, sous la forme de primes ou d'achat d'équipements collectifs. Quand le social rejoint le durable ... tout le monde y gagne.
 
Source : Réunir, le magazine pour réussir vos séminaires et congrès - N°80 juillet 2012 - www.reunir.com - écrit par Pierre Rey
 

La communauté 3.0