Retour d’expérience des pionniers : Hôtel La Pérouse à Nantes

Par la rédaction 0 commentaires - 22/07/11
Hotellerie Restauration vous présente la démarche de Gilles Cibert pour l’Hôtel La Pérouse à Nantes, un hôtel de 46 chambres au cœur de la ville.
 

Des Labels et des distinctions

Gilles Cibert est issu d’une famille d’hôteliers (son frère Florent tient l’Hôtel Pommeraye) mais ce n’est qu’après de nombreuses années de responsabilités dans l’industrie qu’il est devenu en 2003 hôtelier lui-même. Avec Gilles Cibert et l’hôtel La Pérouse, nous rencontrons le meilleur de l’hôtellerie indépendante : un hôtelier pleinement acteur pour assumer au mieux ses responsabilités économiques, sociales et environnementales. Très impliqué localement, élu à la CCI, il est président du Club hôtelier de l'agglomération nantaise pour représenter la profession auprès des acteurs locaux et contribuer avec eux à l'attractivité du territoire, notamment dans le domaine du Développement durable : Nantes est d’ailleurs la première ville de France en nombre de chambres labellisées, 25 % sont éco certifiées.
 
Il a créé un site d’informations des clients sur les dangers d’un monopole des sites de réservation en ligne : Reservation Direct, il sera parmi les premiers à expérimenter l’affichage de l’impact environnemental d’une nuit d’hôtel. Avec son hôtel, il a commencé en 2007 par le label Clef Verte et puis il a obtenu la certification Ecolabel Européen qui vient juste d’être reconduite. Ses actions en la matière ont été récompensées par l’obtention de plusieurs trophées : Responsabilité Globale décerné par Audencia-Ecole des Mines de Nantes, Economie d’Energie EDF-CGPME et Tourisme Responsable décerné par voyage-sncf.com.
 

Le Développement durable est au cœur de la stratégie de l’hôtel

 
A la base, l’Hôtel La Pérouse construit en 1993 sur 7 étages avec de nombreuses contraintes qui ont obligé les architectes à créer un bâtiment qui, s’il n’est pas conçu selon les préceptes de l’architecture bioclimatique, constitue néanmoins un exemple remarquable d’optimisation de l’utilisation de l’espace disponible. A partir de cet outil, Gilles Cibert a commencé avec son équipe à mettre en place tous les dispositifs habituels d’une démarche de Développement durable. Un bilan carbone a été réalisé avec la Méthode Malice® qui lui a été proposée par un intervenant, Hubert Vendeville du cabinet Nantais Evea.
 
Cette méthode apporte une vision claire de la situation sur 5 indicateurs clés : les émissions de CO2, la consommation d'eau et d'énergie, la production de déchets sans oublier les coûts. Elle met en parallèle les impacts environnementaux avec l’aspect économique des choses et permet d’identifier des actions d’amélioration pertinentes pour l’environnement tout en restant réalistes sur le plan économique. Il a donc mis en place toutes ces actions avec dans certains cas des résultats impressionnants : par exemple une réduction des déchets produits de 9,2 tonnes à 4,5 tonnes.
 
Fort de cette expérience et à l’occasion d’une intervention de Caroline Gervais de l’ONG Natural Step, il s’est forgé une conviction : le Développement durable doit être au cœur de la stratégie de l’hôtel, ce n’est pas une approche optionnelle pour un hôtelier, c’est faire au mieux son métier pour ses clients tout en préparant son entreprise aux enjeux de demain. Aussi pour lui, et c’est ce qui le passionne, tout est à réinventer : comment en effet continuer à améliorer ses prestations vis-à-vis des clients tout en réduisant son empreinte écologique de façon économiquement viable ?
 

La créativité est dans les interfaces avec les fournisseurs

Il considère que d’importants gisements de créativité résident dans les interfaces avec les fournisseurs. Par exemple, il assimile l’hôtel à une énorme machine à laver le linge (38 % des Gaz à Effet de Serre produits par l’hôtel) aussi il cherche à établir des relations partenariales avec ses fournisseurs de literie et de blanchisserie pour trouver ensemble des solutions pour réduire les Gaz à Effet de Serre, les produits de nettoyage et les consommations d’eau tout en proposant un couchage de première qualité à ses clients.
 
Avec son équipe (15 collaborateurs) il constate que le Développement durable exige d’être plus précautionneux, plus attentif dans la façon de faire son métier, mais il note aussi avec plaisir que la plupart de ses collaborateurs ont également évolué dans leurs comportements citoyens à la maison.Aujourd’hui, Gilles Cibert se mobilise pour contribuer avec son équipe à la réussite du défi de la ville de Nantes : être la capitale verte de l’Europe en 2013.
 
Source de l'article : L'Hôtellerie Restauration
 
Lire aussi

La communauté 3.0