Les actions concrètes de l'événementiel contre le gaspillage alimentaire

Par la rédaction 0 commentaires - 28/10/14

En France, un pacte de lutte contre le gaspillage a été signé l’année dernière avec les acteurs de la chaîne alimentaire et le 16 octobre est devenue Journée Nationale de Lutte contre le Gaspillage. Actions de communication par nature éphémères, les événements quels qu’ils soient (internes, foires et salons, festivals…) sont d’importantes sources de déchets, et notamment de gaspillage alimentaire. Evénements 3.0 revient sur des initiatives concrètes mises en place par les professionnels du secteur.

Les traiteurs s’engagent…
A l’origine, l’expérimentation par la Ville de Paris lors du tournoi de Roland Garros 2013 d’un système de redistribution des produits non consommés en partenariat avec le traiteur parisien Potel et Chabot, les associations La Mie de Pain, Aurore, le relais Frémicourt et l’entrepreneur social Eqosphere. Au total, 300 kg de pain, 96 kg de fromage et 43 plateaux repas ont été redistribués auprès de 2 200 personnes dans le besoin. A la suite du succès de l’opération, un pacte de lutte contre le gaspillage alimentaire destiné à la restauration collective et événementielle a été signé entre la Mairie de Paris et quelques traiteurs de la place parisienne (ex : Potel et Chabot, TÉ-Traiteur Ethique, Eurosites…).

Les objectifs de ce pacte :
- améliorer l’empreinte sociale de l’entreprise en venant en aide à des personnes défavorisées ;
- réduire le volume des produits jetés et des déchets ;
- sensibiliser l’ensemble des collaborateurs et des clients ;
- susciter un engagement comparable dans l’ensemble de la profession et encourager les professionnels du secteur à revaloriser les surplus alimentaires et soutenir les associations parisiennes.

Autre exemple, à  l’occasion des 20 ans de Paprec Group, société de recyclage implantée sur une centaine de sites en France et en Suisse. Sept soirées internes pour les salariés et leurs conjoints ont été organisées. L’association Traiteurs de France (qui fédère en réseau plus d’une trentaine de traiteurs/organisateurs de réception indépendants) en charge des cocktails dînatoires avait installé un corner anti-gaspi permettant aux invités de repartir avec les mets non consommés pouvant être transportés. Une démarche bien accueillie par les convives, déjà sensibilisés à la problématique du fait de l’activité même de leur société. Pour Régis Faour, Directeur de la Communication de Paprec Group: « Nous avons la volonté de limiter le gaspillage dans tous nos événements. La mise en place de ce corner était judicieuse et il était logique que ce soit nos collaborateurs qui en profitent et participent ainsi à notre lutte anti-gaspillage ».

L'association québécoise la Tablée des chefs installée en France depuis peu compte bien s'investir dans la lutte contre le gaspillage alimentaire en créant un lien entre les professionnels de la restauration et de l’événementiel et les banques alimentaires afin de faciliter et organiser la redistribution de surplus cuisinés au moyen d’un portail en ligne dédié. L'association se finance en partie grâce à ses ateliers de consolidation d'équipe : les traiteurs accueillent des équipes de collaborateurs pour cuisiner des surplus alimentaires qu’ils peuvent déguster ensemble et dont les portions supplémentaires sont distribuées à des banques alimentaires. Les annonceurs participent financièrement à la récupération alimentaire sur les événements qu’ils achètent aux traiteurs.

Parmi les initiatives déjà engagées :

- la récupération alimentaire à partir des laboratoires de production de Raynier Marchetti au bénéfice des Restos du Cœurs de Saint-Ouen,

- la récupération alimentaire sur l’ensemble des matchs du Racing Métro 92, avec le traiteur Cordon Blanc,

- des partenariats avec Fauchon, Kaspia Réceptions ou encore Sodexo et Elior.

Signataire du Pacte National de Lutte contre le Gaspillage Alimentaire en 2013 et servant des repas à près de 3,7 millions de convives par jour (écoles, entreprises, établissements de santé, loisirs et évenementiel), Elior porte une attention particulière à l’impact de ses activités sur l’environnement. En soutenant la Tablée des Chefs, Elior donne une nouvelle dimension à ses engagements en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire : le développement de la redistribution de ses surplus et une occasion pour ses collaborateurs de s’impliquer dans la valorisation des métiers de la restauration à travers des opérations de sensibilisation. La collaboration entre Elior et la Tablée des Chefs a vu le jour en 2013, à l’issue des salons professionnels de la Porte de Versailles et de Villepinte, pour lesquels la Tablée des Chefs a organisé la  récupération des invendus de nourriture avant leur fermeture annuelle, redistribués à des associations et des épiceries solidaires. Le 16 octobre dernier, Journée de Lutte contre le Gaspillage Alimentaire, Elior a célèbré ce partenariat avec sa première opération de récupération des surplus de ses cuisines centrales à Noisy-le-Grand, pour les remettre à des associations d’aide alimentaire dans le département de Seine-Saint-Denis.

…les organisateurs aussi
Le SIAL Paris (Salon International de l’Alimentation) organisé par Comexposium et qui s’est tenu du 19 au 23 octobre à Paris Nord Villepinte, a décidé pour ses 50 ans de proposer à ses visiteurs un parcours sur la thématique du développement durable. En parallèle, le salon s’est engagé à recycler ses déchets organiques en énergies et fertilisants. En partenariat avec Bionerval et Allo A L’huile, les déchets recyclés seront valorisés sur le site industriel du groupe SARIA Industries. Pendant toute la durée du salon, les produits alimentaires laissés par les exposants (50 tonnes de produits récoltés lors de l’édition 2013) ont été récoltés par les bénévoles de la Croix Rouge pour être redistribués aux personnes dans le besoin. Par ailleurs, les exposants sont encouragés à offrir des produits consommables à Solaal (Solidarité des producteurs Agricoles et des filières Alimentaires) afin d'aider des personnes en difficultés.

Les festivals de musique ne sont pas en reste en termes d’actions contre le gaspillage alimentaire. A l’image du festival Rock en Seine qui s’est tenu en août dernier sur 3 jours au Parc de Saint-Cloud, accueillant 125 000 participants et 40 stands de restauration. Avec l’appui de la société Phenix dont l’objectif est de favoriser la revalorisation de produits, alimentaires et non alimentaires, à destination notamment des acteurs associatifs, 90% des produits ont ainsi été valorisés.

Concrètement, 2 500 bases de repas ont pu être redistribuées grâce à cette opération (dont : 31 cagettes de légumes, 19 cagettes de fruits, 60 salades, 560 demi-baguettes, 310 bouteilles d’eau…) à l’épicerie sociale Le Relais de Sévrien et à l’association La Main de l’Autre. L’entreprise Phenix prend en charge la formation et la sensibilisation des différentes parties prenantes (organisateur, restaurateurs, régisseurs, grand public, …), puis l’organisation et la mise en place de la collecte. A l’issue de l’événement, les invendus alimentaires sont distribués à des associations caritatives plutôt que de suivre le traditionnel chemin vers la poubelle.

Leur modèle économique innovant repose sur un principe de création de valeur partagée, et sur une logique « win win win », avec deux offres :
• une formule au forfait,
• une formule au succès : commission sur les volumes revalorisés par le don et la vente.
Un reçu fiscal ouvrant droit au crédit d’impôt, à hauteur de 60% de la valeur en stock des produits donnés vous est délivré.
Les actions de Phenix sont également valables pour les éléments non-alimentaires (mobilier éphémère, stands, palettes en bois, bâches, …) qui peuvent eux aussi trouver preneurs, afin d’ancrer l’événement dans une logique d’économie circulaire pour tendre progressivement vers la production d’un minimum de déchets !

Lire aussi

La communauté 3.0