Les retombées économiques des congrès en France

Par la rédaction 0 commentaires - 18/12/12

La notion de « développement durable » est souvent associée à l’environnement et à l’écologie, mais les volets sociaux et économiques sont aussi à prendre en compte et à analyser. L’étude collective menée par les principaux acteurs du secteur* sur les retombées économiques des congrès en France montre le dynamisme de la filière ainsi que ses répercussions socio-économiques.

 

L’étude établit que les congrès ont été à l’origine de retombées économiques d’un montant de 1,6 milliard d’euros en France en 2011. A elle seule, la capitale, avec 1,1 milliard d’euros, est à l’origine des 2/3 des retombées économiques nationales sur ce segment d’activité. Une proportion que l’on retrouve également sur l’emploi, l’activité générant 30 000 emplois à temps plein en France.

D’après l’étude, les sites français ont accueilli 1 800 congrès en région et 1 000 à Paris Île-de-France, pour 1,6 million de congressistes, répartis à 50% environ entre la région francilienne et les métropoles régionales.

L’international représente un aspect majeur du développement des congrès. 56% des retombées économiques nationales sont ainsi générées par les 22% de congressistes étrangers.

De plus, les retombées des seuls salons et foires en France avaient été estimées à 5,8 milliards d’euros dont 4,1 milliards d’euros pour l’Ile-de-France en 2010, d’après l’étude publiée en juin 2011.

 

Les foires, salons et congrès constituent donc un atout majeur pour l’attractivité de notre pays, pour la création de richesse et d’emplois et pour le développement des entreprises – notamment les TPE/PME – pour lesquelles ils constituent un levier primordial d’affaires et d’export.

 

Cela rend indispensable la mise en place d’un environnement légal et fiscal qui ne soit pas un handicap pour leur compétitivité.

A ce titre, l’exemple récent du PLFSS 2013 est parlant : le texte prévoyait l’extension de la contribution sur les dépenses de promotion des médicaments aux frais de congrès pris en charge par les entreprises pharmaceutiques, ce qui aurait gravement mis en péril la tenue de nombreux congrès médicaux dans notre pays. Il aura fallu l’action conjuguée exceptionnelle de FSCEF, de ses adhérents partout en France et de ses partenaires pour obtenir une réduction de moitié de l’assiette de la taxe, l’abattement d’assiette initialement fixé à 50% ayant été porté à 75%, un vrai succès compte tenu du climat socio-économique actuel.

 

* La Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP), France Congrès, l’Office du tourisme et des congrès de Paris (OTCP), Foires Salons Congrès Evènements de France (FSCEF), l’Office de justification des statistiques (OJS), VIPARIS, le Comité des expositions de Paris (CEP), la Direction Générale de la Compétitivité, de l’Industrie et des Services (DGCIS), Atout France et MPI.

 

La communauté 3.0